Montrer aux jeunes qu’il ne faut rien s’interdire en matière d’études supérieures, tel est bien l’objectif de l’association « De la Nièvre aux grandes écoles » montée cet été par 5 jeunes Neversois élèves ou récents diplômés de la prestigieuse école de Sciences Po Paris. Explications…

« Les grandes écoles sont trop chères ! Partir à Paris, c’est trop compliqué ! Impossible d’intégrer Polytechnique ou HEC sans avoir des parents bien placés ou diplômés de ces écoles ! Beaucoup de jeunes Neversois tiennent ce genre de discours. Et pourtant, avec les bonnes informations et la motivation, il est bien possible de réussir de brillantes études dans les meilleures écoles ! »

Ces mots de Lucas Rodriguez, président de l’association « De la Nièvre aux grandes écoles » résument bien le message que veut porter ce petit groupe composé de cinq étudiants ou récents diplômés de Sciences Po. Cinq Neversois qui ont intégré cette prestigieuse école et qui souhaitent désormais faire partager leur expérience et montrer qu’il ne faut rien s’interdire en matières d’études.

« Avec un père fonctionnaire et une mère commerciale, rien ne me prédisposait moi-même à ce genre d’études. Si j’ai intégré cette école, c’est parce que j’ai bénéficié des bonnes informations en fin de collège et que je me suis ensuite bâti le dossier scolaire le plus solide possible. Si j’ai pu y parvenir, pourquoi pas les autres ? »

Informer, motiver, accompagner…

Ce qui manque aux jeunes Neversois pour intégrer ces prestigieuses écoles ? Tout d’abord l’information, ensuite une certaine confiance en eux –beaucoup s’auto-censurent au moment de penser à leurs études– mais aussi les moyens financiers. Entre le coût de certaines écoles, parfois plus de 10 000 euros par an, les loyers parisiens et les frais d’installation, le rêve peut coûter fort cher…

L’association « De la Nièvre aux grandes écoles » se donne donc pour but de lever ces différentes barrières en intervenant tout d’abord dans les lycées de Nevers et de la Nièvre pour témoigner de l’expérience de chacun. « Nous voulons informer mais aussi accompagner les jeunes ayant envie d’intégrer une grande école ou une université parisienne. Songez que chaque année, parmi les 90,2% des candidats nivernais décrochant leur Bac, seule une petite partie se retrouvent dans les parcours sélectifs. Ça n’est pas normal ! » 

Lucas Rodriguez et ses camarades veut par ailleurs proposer aux jeunes des bourses et autres accompagnements financiers de manière à les aider à assumer les frais des concours ou encore leur installation étudiante. « Nous espérons proposer nos premières bourses à la rentrée 2021 grâce à l’appui d’entreprises nivernaises. »

Enfin, « De la Nièvre aux grandes écoles » compte bien aider les jeunes partis étudier ailleurs à revenir dans la Nièvre pour travailler sur place et faire profiter le territoire de leurs connaissances et savoir-faire.

Déjà une vraie visibilité sur le Web

L’association qui compte désormais une vingtaine de membres de nombreux établissements parisiens a signé une première Convention Egalité des chances avec le lycée Notre-Dame fin août et compte bien enchaîner les accords de même type pour donner rapidement de la consistance à son action. Aujourd’hui, parmi les 21 initiatives locales qui se sont montées sur ce modèle dans divers départements, l’association nivernaise est la 2e en termes de visibilité sur Internet derrière le Pays Basque, montée en 2013…

 

Sur la photo de gauche à droite les membres fondateurs de l’association : Maxime Thuriot, Sarah Després, (secrétaire générale), Clotilde Renaudin (vice-présidente), Lucas Rodriguez (président) et Walid Kadoussi, (trésorier)