1- Etudes courtes, études longues ?

Les études supérieures offrent le choix d’opter soit pour des études courtes qui vont rapidement mener à un métier, soit pour des études longues. Evidemment, plus la formation sera longue, plus les postes en sortie seront souvent responsabilisants et rémunérateurs. Mais il ne faut pas se laisser abuser par ce genre d’argument. Seule compte votre envie du moment. Vous aimez les études ? Vous avez envie de patienter un peu avant de travailler ? Vous visez des métiers très pointus ? Tentez donc le Bac +5. Si vous êtes au contraire déjà fixé sur votre projet professionnel et que vous avez envie de le mettre rapidement en œuvre, un BTS, un DUT ou encore une licence professionnelle peuvent être de bonnes solutions. Et si vous changez d’avis en cours de route, vous aurez de toute manière la possibilité de prolonger vos études à la fin de cette 1re étape !

2– Vérifiez la qualité pédagogique des programmes

Avant de choisir une école ou un parcours universitaire, pensez à regarder ses programmes, comment ils sont organisés, quelles sont les spécialisations proposées, la place accordée à la recherche, ou encore si vous le pouvez les moyens matériels mis à disposition par la formation. Certains labels et certifications (diplômé visé par l’Etat, RNCP, Conférence des grandes écoles, CTI etc.) existent également pour conforter votre choix.

 3- Vérifiez l’insertion professionnelle

Le but de toute formation étant de vous fournir à terme un emploi, les meilleures formations font donc de leur statistique d’insertion professionnelle un argument et n’hésitent pas à publier des enquêtes régulières sur ce sujet. Allez les consulter, elles sont de bons indicateurs de qualité. Et elles vous donneront aussi une idée des métiers que vous pourrez envisager en sortie de cet établissement.

 4- Ne comptez pas trop sur les classements

Les classements pullulent sur Internet et dans la presse à propos des meilleures écoles de commerce, des meilleures écoles d’ingénieurs ou encore des meilleures diplômes universitaires… N’y accordez pas trop d’importance. Ces derniers sont en effet des exercices très subjectifs et leur qualité dépend largement des critères retenus. Et quand certains ne varient pas d’un iota d’année en année, d’autres évoluent à grande vitesse sans vraies raisons… Un classement « fourre-tout » gomme par ailleurs les spécificités de certaines écoles, qui y sont peut-être mal classées mais dont une option –à la pointe– vous conviendrait peut-être.

 5- Ne comptez pas trop sur Twitter et les réseaux sociaux…

Les réseaux sociaux et Twitter sont les royaumes des « on dit » et des préjugés. S’y colportent le meilleur comme le pire. Méfiance donc ! D’autant que certaines écoles se livrent parfois une telle concurrence qu’elles n’hésitent pas à s’y dénigrer ouvertement par étudiants interposés.

 6- Pensez à l’alternance

Même si cette formule est de plus en plus populaire dans le supérieur, beaucoup de jeunes continuent de croire que l’alternance et surtout l’apprentissage sont réservés aux élèves les moins bons. Quelle erreur ! Aujourd’hui, l’alternance a de quoi satisfaire tous les types d’élèves, et un excellent étudiant peut parfaitement y trouver son bonheur, du DUT au Bac +5. Enfin sachez-le, un diplôme obtenu en alternance a la même valeur que tout autre diplôme !